BIPOLAIRES 64/40

BIPOLAIRES 64/40

contre les stigmates et les tabous

Les stigmates sont des pensées et des attitudes négatives que la population manifeste à l'égard des maladies mentales. Dans le marché du travail, les gens sont parfois condescendants, éprouvent de l'appréhension et sont injustes, principalement à cause de leur ignorance et de leur manque d'information sur ces maladies. Les personnes touchées mentalement méritent et ont droit au soutien non seulement de leur famille, mais aussi de la population. Les remarques narquoises, les sarcasmes et les plaisanteries de mauvais goût vont certainement à l'encontre de la guérison et provoquent chez la personne atteinte un sentiment profond de rejet et d'aliénation.

Apprendre et comprendre les origines et les causes des phénomènes associés à ces maladies aura pour résultat la réduction et la disparition des stigmates et des tabous.

Tabous : Les amis et les familles d'une personne atteinte de maladie mentale ressentent souvent de l'impuissance, de la honte et de la crainte en raison des stigmates qui accompagnent ces maladies. Leur ignorance et l'appréhension qu'ils soient eux-mêmes affectés un jour en sont les causes. C'est pourquoi les amis et les familles des personnes atteintes sont discrets et s'efforcent de cacher la maladie aux autres. Le résultat est un manque de l'aide dont leur ami(e) a un besoin pressant. Dans leur honte, ils se protègent et protègent le patient des groupes et des commérages préjudiciables. Souvent, ils s'éloignent aussi de l'individu atteint à cause de la peur ou d'une compréhension insuffisante des élans émotionnels qui peuvent accompagner la maladie.

Les stigmates et les tabous sont étroitement liés et indissociables. C'est un cercle vicieux. Si on essaie de dissiper et de réduire ces deux phénomènes en tandem, on peut diminuer leur impact sur les personnes atteintes et leur famille. Nous croyons qu'il est temps de mettre enfin ces stigmates et ces tabous derrière nous. Nous devons nous rendre compte que nous avons tous quelque chose dont nous devons nous soucier, que nous avons tous un " handicap ", pour ainsi dire. Nous croyons que les gens, en particulier ceux qui souffrent de maladie mentale, devraient réaliser leur force et les attributs positifs qu'ils possèdent et qu'ils devraient se concentrer dessus. Si la famille et les amis appuient cette conduite, la guérison de ces personnes atteintes présentera moins de difficulté. Lorsque les gens ont peur de s'affirmer, ils perdent tout soutien et un autre cercle vicieux se crée encore. Il est ironique d'associer les stigmates aux maladies mentales puisque l'on ne comprend pas encore complètement le mode de transmission héréditaire; cela signifie que n'importe qui est susceptible de développer une maladie mentale. En effet, vingt pour cent de la population, à quelque moment de sa vie, souffrira de désordres mentaux. Il est vrai que quelqu'un ayant un parent qui a souffert d'une maladie mentale court le risque de développer lui-même cette condition. Cependant, il est impossible de déterminer ou de prédire ce risque. Ce que nous savons, c'est que les gènes sont impliqués dans ces maladies. Il est important de remarquer que nos aïeux, alors qu'ils ont pu souffrir de maladie mentale, n'étaient pas diagnostiqués; en conséquence, ils étaient simplement considérés comme " excentriques ".

De nombreux individus identifiés comme étant des malades mentaux ont transmis à d'autres, par écrit, l'histoire de leur parcours de la maladie à une condition de bon fonctionnement. Ces individus ont décrit la gérance de leur condition pour devenir ou rester fonctionnels. En plus d'être une forme de thérapie, écrire d'après notre perspective et notre perception peut souvent être cathartique et permettre de réaliser la guérison. Nous encourageons cette méthode, qui bénéficie non seulement à l'auteur mais aussi à ceux qui font ou qui voient un tel parcours. Si vous cherchez à la publier, qui sait combien d'autres seront inspirés par votre histoire.

Une personne qui souffre d'un désordre d'humeur ne doit être ni jugée ni condamnée par aucun membre de la société, y compris ceux qui lui sont les plus proches. Elle a plutôt besoin de gens à qui parler et qui l'aident durant leurs profondes crises. Comme la connaissance et la compréhension dissipent les stigmates, nous espérons et croyons que les tabous relâcheront doucement l'étreinte étouffante, permettant la normalisation et l'acceptation d'une famille atteinte et du monde extérieur.

" Stigmates et Tabous " est le résultat de la collaboration de :

Alain Amzallag, M.Sc Laura Steen

Montréal, Québec et Port Hope, Ontario

Traduit de l'anglais par Marc Amzallag, M.A.

et tiré du site revivre.org



31/03/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 166 autres membres