BIPOLAIRES 64/40

BIPOLAIRES 64/40

Une application TEST pour l'activité des troubles bipolaires

Suite à la journée mondiale des troubles bipolaires, des chercheurs de l’Institut Pasteur annoncent le développement d’une application mobile permettant la mesure de l’activité des troubles de l’humeur, en particulier les troubles bipolaires. Issu de la recherche clinique et mis au point par des médecins et des chercheurs, le système Toi Même est entré en phase test de faisabilité clinique ce lundi 2 avril. L’application sera utilisée par une centaine de patients au cours des prochains mois. L’objectif de cette étude est de valider la pertinence de cet outil dans la pratique clinique quotidienne auprès de personnes ayant un trouble de l’humeur.
 
Les troubles de l’humeur comme les troubles bipolaires et la dépression, sont des maladies psychiatriques sévères touchant environ 5 à 10% de la population mondiale. Le mot « humeur » est le plus souvent utilisé après les mots « troubles de ». Cela n'est pas surprenant, car l'humeur est une composante primaire d’énormes sources de souffrance chez l'homme.
Les mécanismes physiopathologiques sous-jacents sont encore aujourd’hui incompris. Les troubles bipolaires se caractérisent par la récurrence d’épisodes d’exaltation de l'humeur (manie) et d’états dépressifs, par des perturbations marquées de la régulation émotionnelle, de l'activité psychomotrice et cognitive. Ces troubles sont associés à un risque élevé de rechutes et d'hospitalisations, notamment du fait d’interventions thérapeutiques tardives par rapport à l’apparition des symptômes et de réponses partielles au traitement.
 
L’humeur est un état d’esprit dominé par une émotion, par exemple la colère, la tristesse ou la joie. Mais les humeurs se différencient des états émotionnels aigus en ce sens qu'elles sont plus durables, et sont détachées de tout élément déclencheur immédiat. Cela ne veut pas dire que l'humeur d'un individu n'est pas liée à son environnement. Au contraire, l'humeur semble être une fonction d'intégration des expériences émotionnelles aiguës de l'organisme au fil du temps. Les émotions peuvent être agréables ou non, et parfois souffrantes. Habituellement, nous sentons que nous contrôlons nos émotions. Une personne atteinte d’un trouble de l’humeur ressent les émotions négatives plus intensément et pendant plus longtemps que la plupart des gens. Elle peut sentir qu’elle a plus de mal à maîtriser ses émotions, ce qui nuit à sa santé mentale et à sa santé physique, en plus d’influencer ses comportements. Les conséquences impactent les obligations professionnelles, familiales et sociales.
 
Comment guérir ? A ce jour, quatre catégories possibles de traitement existent : communication thérapeutique, médicaments, thérapie cognitive, psychothérapie. Traditionnellement, les évaluations des troubles de l'humeur sont effectuées à l’aide d’entretiens cliniques et reposent sur les réponses des patients qui peuvent être approximatives en raison de biais de rappel. En termes de recherche, ceci limite la capacité de collecte et de traitement de données sur de longues périodes.
 
Les chercheurs de l’unité Perception et mémoire de l’Institut Pasteur (dirigée par Pierre-Marie Lledo, directeur de recherche CNRS), ont développé le système Toi Même doté d’une application mobile afin de mesurer les micro-variations de l’humeur en temps réel chez un individu, dans une perspective d’évaluation longitudinale de la maladie. Cet outil, issu d’une recherche clinique sur des personnes ayant un trouble de l’humeur, offre une solution innovante et non invasive de mesure de paramètres pertinents concernant les variations comportementales, émotionnelles et cognitives.
 
L'application Toi Même propose à l’utilisateur de remplir des tests évaluant son humeur et ses comportements. De plus, l'appli permet de collecter, sans intervention d’utilisateur, grâce aux capteurs d’un smartphone, des informations concernant l'activité physique et sociale de l’utilisateur. Toutes ces données sont non seulement recueillies en temps réel, mais elles peuvent être facilement transmises, traitées et stockées dans le cadre de la recherche biomédicale afin d'identifier des changements de comportements et d’humeur.
 
Une première étude clinique coordonnée par les psychiatres-chercheurs de l’unité Perception et mémoire, Dr. Aroldo A. Dargél et Pr. Chantal Henry, vient de débuter cette semaine, le lundi 2 avril 2018. Elle a pour but de valider la faisabilité et la pertinence de l’utilisation de cet outil dans la pratique clinique quotidienne auprès de personnes ayant un trouble de l’humeur. Elle a été mise en place grâce au soutien de la Direction des systèmes d’information (DSI) et du Centre de recherche translationnelle (CRT) à l’Institut Pasteur.
L’évaluation répétée en temps réel de multiples paramètres chez des patients souffrant de troubles de l'humeur fournira des mesures objectives qui devraient permettre d’aider à préciser les diagnostics, de mieux connaître les facteurs prédictifs de réponses aux traitements et à terme de mieux comprendre les mécanismes physiopathologiques qui sous-tendent ces troubles.
Grâce à une collaboration multidisciplinaire (cliniciens, ingénieurs, bio-informaticiens, épidémiologistes) et aux progrès technologiques, le développement d’algorithmes prédictifs de la nature dynamique de ces troubles pourrait contribuer à identifier les patients à risque de rechute ou de réponses partielles au traitement.
L’utilisation du smartphone et de biocapteurs permettra non seulement de mieux comprendre les variations d'humeur et de comportements, mais devrait permettre aux patients de mieux connaître leur maladie et, en lien avec leur psychiatre, de devenir plus actif dans leur prise en charge.
Cette étude a reçu un financement d’AG2R La Mondiale et du Laboratoire d’Excellence Revive.
 
D'autres applications existent dans le domaine de la surveillance des troubles de l'humeur : PsyAssistance, notamment, qui est un gestionnaire d’humeur au quotidien et en période de crise (application développée grâce au soutien financier de la Fondation de l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal et à un don de l’initiative Bell). Cette appli permet à l’utilisateur qui se sent déprimé d’accéder à un répertoire de ressources, de tenir un journal de l’humeur, d’effectuer des exercices pour améliorer son bien-être et d’établir un plan de sécurité en cas de crise. Il existe déjà des applications mobiles ailleurs dans le monde touchant de près ou de loin au stress et à la gestion de l’humeur. Or la plupart n’ont pas été validées empiriquement, se limitant à donner quelques conseils généraux ou à proposer des évaluations sans valeur scientifique.
 
F. Marion in Up Magazine 05 04 2018


19/04/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 160 autres membres