BIPOLAIRES 64/40

BIPOLAIRES 64/40

Trouble bipolaire, schizophrénie : une implication du système immunitaire suggère de nouveaux traitements

Les cellules immunitaires du cerveau seraient impliquées dans le mécanisme d'action d'une variante génétique liée aux symptômes psychotiques et cognitifs du trouble bipolaire, selon une étude suédoise publiée dans la revue Molecular Psychiatry.

Bien que les participants à l'étude souffraient tous de trouble bipolaire, les chercheurs croient que les mécanismes pourraient également concerner d'autres troubles psychotiques comme la schizophrénie.

 

 

Mikael Landén et ses collègues du Karolinska Institutet et de l'Université Gothenburg ont identifié une variante génétique liée aux symptômes psychotiques et cognitifs chez les personnes atteintes de trouble bipolaire.

Ils ont analysé les liens entre le génome entier de personnes atteintes du trouble bipolaire, leurs symptômes spécifiques, leurs capacités cognitives et les niveaux de différentes protéines dans le sang et le liquide céphalo-rachidien, un liquide qui entoure le cerveau.

Ils ont découvert qu'une variante du gène SNX7 était associée aux niveaux d'une protéine, appelée acide kynurénique, dans le liquide céphalo-rachidien ainsi qu'aux symptômes de la maladie.

Une série d'expériences a ensuite visé à identifier une voie de signalisation probable entre la variante génétique et les symptômes.

La voie implique principalement la signalisation via les cellules immunitaires (les astrocytes) du cerveau.

Les chercheurs espèrent que les nouveaux mécanismes qu'ils ont découverts aideront au développement de médicaments plus ciblés. Des médicaments immunomodulateurs existants peuvent aussi être d'intérêt, estiment-ils.

 

In Psychomédia avec sources : Karolinska InstitutetMolecular Psychiatry. (décembre 2015)

 



21/02/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 119 autres membres