BIPOLAIRES 64/40

BIPOLAIRES 64/40

Trouble anxieux généralisé et TBP

LES COMORBIDITÉS LES PLUS COURANTES DU TROUBLE ANXIEUX GENERALISÉ (TAG) SONT LE TROUBLE DÉPRESSIF MAJEUR (TDM), LE TROUBLE BIPOLAIRE (TB) ET LE TROUBLE D'USAGE DE SUBSTANCES (NEWSMEDICAL.NET, 2017)

 

La plupart des gens atteints de TAG ne sont pas conscients de leur maladie et tentent de soulager leur anxiété en s'automédicant en consommant de l'alcool ou des drogues. Le trouble anxieux aggrave la maladie bipolaire, augmente les taux de suicide... 

TAG et trouble bipolaire

Anciennement appelé maniaco-dépression, le trouble bipolaire est caractérisé par des variations d'humeur extrêmes, de haut en bas; au plus haut, le patient est exalté, tandis qu'en bas, il peut avoir des pensées suicidaires sans raison particulière. Il a été constaté que 51% des patients atteints du TB ont un autre trouble anxieux qui aggrave la maladie. En raison de cette comorbidité, les patients atteints de TB ont tendance à :

  • Age d'apparition plus jeune

  • Qualité de vie inférieure

  • Moins de chance de récupération

  • Risque accru de toxicomanie et, plus important encore

  • Grandes tendances suicidaires 

La période moyenne de l'euthymie (état d'esprit positif normal) dans le cas du TB avec une TAG comorbide est inférieure à la moitié de celle observée chez les patients atteints du TB seul. Les enquêtes ont montré des tentatives de suicide de 62% et 53% dans le TB et les patients atteints de comorbidité TAG actuels et à vie, respectivement, par opposition à 22% chez les patients avec le TB seul. L'impulsivité a tendance à être accrue chez les patients atteints de TB et de TAG, même après des ajustements pour l'âge, le sexe et la présence d'autres anxiétés comorbides.

TAG et trouble dépressif majeur

Le TAG se présente avec une inquiétude incontrôlée et persistante sur un éventail de choses comme le travail, la famille et la situation financière. C'est une sorte de condition flottante, où la personne dérive d'une inquiétude à l'autre sans fin de telle façon qu'elle a un impact sur ses activités normales. Le TDM, souvent simplement appelé dépression ou dépression clinique, est un trouble de l'humeur grave qui affecte également la vie normale. Les patients souffrant d'anxiété depuis leur plus jeune âge, présentant une faible estime de soi, un pessimisme et un stress sévère s'accompagnent de sentiments perpétuels de tristesse ou de perte d'intérêt sur une longue période (plus de 2 semaines pour qu'un diagnostic soit établi ).

Les patients aux stades initiaux et sévères du TAG ont des épisodes de dépression (TDM). Des études longitudinales ont trouvé des variations dans l'apparence du TDM chez les patients atteints de TAG. Dans ces études, (a) un tiers des patients présentaient des signes de TAG conduisant à un TDM; (b) un tiers présentait des symptômes de TDM menant au TAG; et enfin (c) un tiers d'entre eux ont eu l'apparition simultanée de TAG et de TDM. Plus de 70% des patients atteints de TAG à vie ont aussi une TDM à vie. Des études sur des jumeaux ont révélé que les mêmes facteurs génétiques de risque ont une incidence sur le TAG et le TDM. Cependant, le fait que que les patients développent un TAG ou TDM dépend d'abord de la façon dont ils réagissent aux facteurs de stress environnementaux dans leur vie.

TAG et trouble d'usage de substances

Les études de recherche ont montré un lien significatif entre les patients de TAG et l'abus ou la consommation de substances. La plupart des gens atteints de TAG ne sont pas conscients de leur maladie et tentent de soulager leur anxiété en s'automédicant en consommant de l'alcool ou des drogues. 
Un tiers des personnes atteintes de TAG sont victimes du trouble d'usage de substances, bien qu'elles soient surtout connues pour utiliser et non abuser de substances. Un schéma réciproque existe entre ces deux troubles, qui suivent trois voies:

  • Anxiété menant à l'utilisation de substances

  • Consommation / abus de substances conduisant à l'anxiété

  • Les risques génétiques qui sont au cœur des deux troubles : TAG et trouble d’usage de substances.

Une enquête menée aux États-Unis montre que la dépendance aux médicaments est forte en présence de TAG.

Directions futures

 

Malgré le taux extrêmement élevé de comorbidité, seulement la moitié des patients atteints d'un TAG reçoivent un traitement, ce qui suggère que l'autre moitié a probablement recours à l'automédication. Selon les estimations, rien qu'aux Etats-Unis, environ 3,1% des adultes répondaient aux critères du TAG en 2016. Plus de femmes seraient touchées par le TAG, bien que la raison en soit inconnue.

Les psychiatres sont encore à la croisée des chemins quant à la façon dont ils devraient aborder les considérations de traitement, et de traiter ou non chaque trouble séparément ou en parallèle? Est-ce que le traitement d'un trouble devrait être terminé, puis le suivant? Des recherches futures sur les soins cliniques standard pour les comorbidités des troubles anxieux devraient être entreprises pour explorer davantage ce problème.

Évalué par Yolanda Smith, BPharm

Sources américaines 

traduction Psy'hope (janvier 2018)



21/03/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 144 autres membres