BIPOLAIRES 64/40

BIPOLAIRES 64/40

Symptômes dépressifs et mindfulness

Symptômes dépressifs : une psychothérapie d'activation comportementale et de pleine conscience testée

 

Chez les personnes ayant des symptômes dépressifs sans que les critères diagnostiques de la dépression soient rencontrés, une psychothérapie d'activation comportementale et de pleine conscience pourrait aider à prévenir le développement de la dépression majeure (dépression clinique) et à améliorer les symptômes, selon une étude publiée dans la revue Annals of Family Medicine.

 

Selon les recommandations du National Institute for Health and Care Excellence (NICE) britannique, indiquent les chercheurs, les personnes qui présentent des symptômes dépressifs persistants qui ne correspondent pas au seuil diagnostic d'une dépression ou qui souffrent d'une dépression légère à modérée devraient recevoir des interventions psychosociales appropriées de faible intensité.

 

L'activation comportementale est un traitement structuré bref et simple pour la dépression qui vise à aider les gens à s'activer de façons spécifiques afin d'augmenter les expériences gratifiantes dans leur vie, indiquent-ils.

 

Bien que les développeurs de cette approche aient suggéré et encouragé l'utilisation de la pleine conscience comme méthode thérapeutique, notamment pour réduire la rumination chez les personnes déprimées, aucune étude de grande envergure n'a explicitement associé les techniques d'activation comportementale aux habiletés de pleine conscience et évalué leur efficacité combinée dans la réduction des symptômes dépressifs.

Samuel Y. S. Wong, du Prince of Wales Hospital (Australie) et de l'Université chinoise de Hong Kong, et ses collègues ont mené un essai randomisé avec 231 participants ayant des symptômes dépressifs sans rencontrer les critères diagnostiques de la dépression. Cette « dépression sous-clinique » était définie comme un score de 5 à 9 à l'échelle de dépression PHQ-9 (faites le test - 9 questions).

Les participants étaient assignés au hasard à faire partie d'un groupe recevant cette intervention d'activation comportementale intégrant la pleine conscience ou d'un groupe recevant les soins médicaux habituels sans intervention psychologique. Les participants à l'intervention ont assisté à des séances hebdomadaires de deux heures pendant huit semaines.

 

Après 12 mois, l'incidence de dépression majeure a été de 11 % dans ce groupe comparativement à 27 % dans l'autre groupe.

Une légère différence était constatée entre les deux groupes dans la réduction moyenne des symptômes dépressifs mesurés avec l'Inventaire de dépression de Beck.

Une faiblesse de l'étude est le fait que l'intervention n'ayant pas été comparée à une autre intervention tenant lieu de placebo ou une autre intervention d'efficacité connue, une partie du bénéfice peut être attribuable à un effet placebo.

Les auteurs concluent que l'activation comportementale intégrant la pleine conscience pourrait être une méthode efficiente dans les soins de première ligne pour prévenir la dépression majeure.

Ils planifient des recherches futures sur « le rapport coût-bénéfice et les répercussions sur l'utilisation des services de santé ainsi que les mécanismes potentiels et les composantes pertinentes acceptables pour les patients, afin d'améliorer davantage cette intervention et d'accroître sa portée ».

 

 Annals of Family MedicineAmerican Academy of Family Physicians.



20/03/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 170 autres membres