BIPOLAIRES 64/40

BIPOLAIRES 64/40

Grand bien vous fasse: France inter le 06 février 2018

Le 06 février 2018 étaient invités les Dr psychiatres Marc Masson (clinique de Garches), Guillaume Fond (Marseille) et cécile Tartakowsky (journaliste et réalisatrice du documentaire de France 5: "d'un extrême à l'autre". 

Aujourd'hui, on présente cette pathologie comme celle du siècle, avec des comming out, et un risque de banalisation. Une maladie qui touche en France de 1 à 2 millions de personnes. Ne pas la confondre avec la cyclothymie ou encore les troubles schizoaffectifs (à cheval entre bipolarité et schizophrénie).

On relève une suicidalité très forte: une personne sur deux bipolaire fait une TS. 7 à 10 % parvienne au décès par suicide. Enfin, l'espérance de vie est diminuée d'environ 10 ans. Trois fois plus de divorces!

La bipolarité est elle une maladie génétique ? Comme nous l'avons décrit dans une brève toute récente, la recherche permet aujourd'hui d'affirmer que ce n'est pas une maladie génétique car non mendeléienne mais elle implique plusieurs facteurs de vulnérabilité dont environ 10 gènes qui vont prédisposer le cerveau.

Qu'entend-t-on par hypothèses immuno-inflamatoires ? dans les années 1990, on a beaucoup travaillé sur les actions, notamment, de la sérotonine, de la noradrénaline et de la dopamine. Ce qui a permis de mettre au point les psychotropes actuellement utilisés. (ne jamais arrêter le traitement). Depuis, on a découvert des perturbations de l'inflammation. De là ont débouché des recherches prouvant que l'inflammation pouvait déclencher des maladies mentales. 

Comment soigner les troubles bipolaires ?

Par un premier pôle, on a recours aux traitements médicamenteux. (tels que le lithium pour la prévention des rechutes). On y ajoute les thymorégulateurs et les antipsychotiques. Par un second pôle, on retiendra la chronobiologie, les thérapies cognitivo-comportementalistes, et la méditation de pleine conscience. Cette dernière n'est indiquée que lorsque le patient est stabilisé. Elle aide à gagner en qualité de vie. Mais elle n'est envisageable qu'en cas d'acceptation de la maladie.

 

compte rendu de l'émission de France inter du 06022018 à 10 h 00

Marc BONNIN   

 

 



19/03/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 151 autres membres