BIPOLAIRES 64/40

BIPOLAIRES 64/40

Dépression, Troubles bipolaires, l'érythropoïétine améliorerait les symptômes cognitifs

L'hormone érythropoïétine (EPO), connue pour l'amélioration de la performance dans le sport, peut améliorer le fonctionnement cognitif chez les personnes atteintes de trouble bipolaire ou de dépression, selon une étude publiée dans la revue European Neuropsychopharmacology et présentée au congrès annuel de l'European College of Neuropsychopharmacology (ECNP).

L'hormone, produite principalement par le rein, est essentielle pour la production de globules rouges. Elle confère au sang une plus grande capacité à transporter l'oxygène.

 

 

C'est cette caractéristique qui la rend attrayante comme médicament pour améliorer la performance physique (le cycliste Lance Armstrong a admis avoir utilisé l'EPO). Médicalement, l'EPO recombinante est utilisée pour le traitement de l'anémie.

Le trouble bipolaire et la dépression affectent non seulement l'humeur mais aussi les fonctions cognitives.

Kamilla Miskowiak et ses collègues du Centre psychiatrique de l'hôpital universitaire de Copenhague (Danemark) ont mené cette étude avec 79 personnes atteintes de trouble bipolaire ou de dépression qui ont été assignées au hasard à prendre l'EPO ou un placebo pendant 9 semaines.

L'EPO a eu des effets bénéfiques sur les résultats à une série de tests cognitifs, dont des tests de mémoire verbale, de capacité d'attention, et de capacité de planification. Cette amélioration a été maintenue pendant au moins 6 semaines après la fin du traitement (durée de l'étude).

L'amélioration était de 11 % chez les participants ayant pris l'EPO comparativement à 2 % chez ceux ayant pris le placebo. Ceux qui avaient les résultats les plus faibles au début de l'étude ont connu la plus grande amélioration.

De plus grandes études sont nécessaires pour confirmer ces résultats et déterminer la posologie et la fréquence d'utilisation, indiquent les chercheurs. L'EPO est déjà utilisée médicalement. Bien qu'elle soit généralement sans danger si les niveaux de globules rouges sont contrôlés régulièrement, disent les chercheurs, il y a certains groupes pour lesquels le risque de caillots est trop élevé, par exemple les gens qui fument ou qui ont déjà eu des caillots de sang. Il est trop tôt pour employer le médicament pour le traitement clinique.

Les médicaments habituellement utilisés pour traiter la dépression et les troubles bipolaires n'ont pas d'effet majeur sur la cognition, soulignent les chercheurs. Jusqu'à 70 % des personnes en rémission d'un trouble bipolaire, et 40 % de celles en rémission d'une dépression continuent d'avoir des problèmes cognitifs.

Psychomédia avec sources : ECNPEuropean Neuropsychopharmacology.

 



23/09/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 119 autres membres