BIPOLAIRES 64/40

BIPOLAIRES 64/40

L'anxiété et le trouble bipolaire

Après un épisode de manie, les personnes atteintes d'un trouble bipolaire sont tout aussi susceptibles de vivre de l'anxiété que de la dépression, selon une étude publiée dans la revue Molecular Psychiatry.

Mark Olfson de l'Université Columbia et ses collègues ont analysé les données concernant 34 000 personnes interrogées dans le cadre d'une enquête nationale américaine, afin de déterminer l'incidence des épisodes de manie. Une deuxième entrevue, réalisée trois ans plus tard, visait à déterminer l'incidence subséquente de la dépression et de l'anxiété.

 

 

Les participants ayant eu un épisode de manie avaient un risque approximativement égal de vivre de la dépression ou de l'anxiété. Ces deux conditions étaient significativement plus fréquentes chez les participants ayant eu un épisode de manie que chez ceux n'ayant pas eu un tel épisode. De plus, les participants souffrant de dépression avaient un risque significativement plus élevé de développer un épisode de manie ou d'anxiété comparativement à ceux n'ayant pas vécu de dépression.

Ces résultats, disent les chercheurs, vont dans le même sens que des recherches précédentes ayant montré que la dépression et l'anxiété se produisent souvent ensemble, ainsi que les études de jumeaux indiquant que la dépression et une forme commune d'anxiété, appelée trouble d'anxiété généralisée, semblent être presque la même condition génétique.

« Bien qu'il ait longtemps été considéré que le trouble bipolaire est caractérisé par des épisodes répétés de manie et de dépression qui constituent des pôles d'un continuum unique d'humeur, la réalité clinique est souvent beaucoup plus complexe », souligne Mark Olfson.

« Le lien entre la manie et l'anxiété suggère que les patients dont le principal symptôme est l'anxiété devraient être soigneusement évalués pour des antécédents de manie avant de commencer le traitement », ajoute-t-il.

Une définition clinique plus large du trouble bipolaire qui inclurait l'anxiété pourrait conduire à une identification plus précoce des personnes atteintes de trouble bipolaire et à différentes approches de traitement, dit-il.

« Les résultats de notre étude suggèrent que les chercheurs devraient commencer à se demander si, et dans quelle mesure, les traitements pour le trouble bipolaire soulagent l'anxiété autant que la manie et la dépression. »

 

sources : Columbia UniversityMolecular Psychiatry.

 



05/05/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 118 autres membres